mars 14, 2016 Martin

Retour sur la première de Tina-Eve

Tina Eve - Première

Vendredi dernier, Tina-Eve effectuait sa rentrée montréalaise à la Salle Claude-Léveillée de la Place des Arts. Un spectacle présenté dans le cadre des Week-ends de la Chanson Quebecor.

Si la jeune artiste était fébrile à l’idée de se produire pour la première fois sur scène, il ne lui a fallu que quelques minutes pour séduire l’assistance. Bien entourée, elle pouvait compter sur le soutien de ses musiciens : Gilles Brisebois, Yves Desrosiers et Ange Curcio.

À l’image du public présent, les quelques journalistes présents ont semblé apprécier la performance.

Morceaux choisis :

Sur scène, la personnalité de Tina-Ève explose! Son humour, sa tendresse, son franc parlé et sa poésie sont tous mis de l’avant. Son aisance à s’adresser au public rend le spectacle d’autant plus authentique et intime. L’auteure-compositrice-interprète a une plume unique. (…) Elle s’appelle Tina-Ève et elle mérite que vous la découvriez.
– Martine Boucher, Petite Boîte

(…) nous avons littéralement bu les paroles de la chanteuse, de la première note au tout dernier remerciement. L’heure et demi a passé comme si 3 minutes venaient de s’écouler. Scotchée sur mon siège, je ne pouvais détourner mon attention du tourbillon d’émotions dans lequel le groupe venait de nous aspirer.
– Sophie Leduc, Web & Mascara

Avec cette écriture personnelle et incisive qui caractérise Dompter la bête, Tina-Ève a transporté son public au creux de son coeur, là où l’on devine une fissure forgée par la mélancolie, la colère, l’amertume. ★★★½
– Éric Dumais, Bible Urbaine

(…) force est d’admettre qu’elle démontre le genre d’équilibre idéal entre maturité artistique et fougue de la belle vingtaine pour offrir un tour de chant à point et attachant. (…) C’est là où Tina-Ève réussit à se démarquer : elle puise autant dans l’imaginaire de Bukowski (mais pas trop) que celui des contes de fées (mais pas trop), et s’entoure de musiciens qui donnent un petit edge nécessaire à ses arrangements.
– Marc-André Mongrain, Sors-tu

N’ayant peur de rien, la courageuse Tina-Ève a lu deux textes qu’elle a rédigés : « Je n’avais jamais lu mes écrits devant un public. C’est une chose que je voulais faire depuis longtemps. Ça me met dans un état de vulnérabilité et de fragilité, c’est quelque chose que j’aime faire. Je pense à l’intégrer de plus en plus dans mes shows » m’a-t-elle indiqué avec passion. (…) La foule conquise a réussi à dompter la bête sur la scène.
– Frédéric Lebeuf, Alternative Rock Press

Crédit photo : Marie-Laurence Marleau